L' OuNiPo : Ouvroir du Nicoco Potentiel

L'Ouvroir du Nicoco Potentiel est un exercice de style et de possibilités qui semble se mettre à jour totalement archaïquement et surtout totalement anarchiquement. C'est juste un peu long comme description.

22 novembre 2008

Un beau texte pour mon cours de créativité

    À mes yeux, la créativité c'est ce qui sépare l'homme de l'animal. C'est cette faculté qu'à l'humain de réfléchir à sa situation, peu importe son niveau de qualité, pour tenter de voir comment il pourrait la transformer afin de la rendre meilleure. Souvent bien sûr, c'est dans l'unique but d'en branler le moins possible, car l'homme est un feignant de première, dans tout le règne animal c'est la pire des espèces, c'est bien connu. Y'a des oiseaux qui digèrent les vers pour pouvoir les régurgiter dans la bouche de leurs petits, les vaches font l'effort de digérer quatre fois tout ce qui leur passe dans la bouche (QUATRE FOIS), l'être humain, lui, fait de la nourriture en bouillie pour les bébés et inventent des couverts pour les adultes. C'est vous dire s'il a peur d'utiliser ses dents dont l'unique but reste de couper et mastiquer. L'être humain a développé sa créativité parce qu'il avait la flemme de bosser. La créativité est donc l'outil le moins fatiguant possible que l'homme a trouvé pour se dépasser.

    Dans mon cas, j'ai voulu exprimer ma créativité autrement que dans un domaine artistique, étant donné que j'étudie en bd. J'ai eu dans l'idée de remettre un rapport comptable de 500 pages sur la notion de perte d'équilibre intrinsèque ayant transformé les éléments de récession suite à l'élection de Barrack Obama entre 2009 et 2012, mais étant donné que cette époque n'est pas encore arrivée, je me suis rabattu sur ma seconde idée, faire un plat bien de chez nous, ce qui a donné le gâteau à l'abricot et aux pommes. Pour le faire, j'ai tenté d'utiliser les notions apprises dans mon cours de créativité en faisant un  brainwriting pour répondre à la question suivante : «J'le fais comment et avec quoi, mon gâteau ?». J'ai donc posé sur papier toutes les idées de trucs qui me venaient en tête et que je pouvait mettre dans mon gâteau. J'en ai inscrit le nom et les quantités et j'ai décidé d'appeler ça une liste d'ingrédients. Ensuite, j'ai imaginé comment je pouvais les mélanger au mieux, tout en notant le tout sous une section que j'ai intelligemment appelé «préparation». J'ai pris mes deux sections que j'ai regroupé dans une nouvelle section intitulée «recette». Puis, j'ai mis tout ça dans le four un peu trop longtemps et ça a un peu brûlé sur le dessus, mais je crois que ça va quand même être bon.
    Cette expérience de créativité m'a permis de redécouvrir le Nicoco cuisinier que j'ai oublié depuis trop d'années de célibat. Cependant, ce Nicoco là n'aime pas cuisiner seul et préfère le faire en compagnie d'amis virils et de vin car Nicoco n'est pas assez patient pour tout faire comme le dit la recette. Malgré ces constations, peut-être qu'un jour, quand il aura rencontré la (ou les) mère(s) de ses enfants, Nicoco ne pourra s'empêcher de concocter de bons petits plats pour toute sa famille. Ce jour-là, certainement, Nicoco remerciera le Nicoco de 2008 pour avoir suivi un cours de créativité qui lui a fait découvrir une nouvelle facette de sa personne. Qui sait ?

Rédigé en 30 minutes. Merci, bonsoir.

Posté par Nicoco B à 04:05 - Hull et UQO - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    ostie que c est drole man,(ou bin je suis trop fatiguer)

    Posté par toph', 22 novembre 2008 à 15:20
  • Des enfants ? Quelle drôle d'idée. C'est du boulot en plus à élever eh putaing cong !

    Posté par J'ai pas de titr, 23 novembre 2008 à 07:25

Poster un commentaire